La lettre de Média-Santé

D07 | Année fiscale blanche : comment profiter de ses distorsions d’imposition ?

Dernière mise à jour le 05/06/2018
loupe Voir toutes les lettres Lire l'article Abonné
Lire le dossier

Ce dossier présente nos 11 meilleures pistes de réflexion et donc d'optimisation pour 2018 assorties des explications utiles et chiffrées. Il passe en revue le sort fiscal de vos deux grands types de revenus réalisables en 2018, ordinaires et non ordinaires, et en éclaire les enjeux financiers issus de vos choix de gestion. Il vous révèle les distorsions d’imposition intrinsèques de la réforme, constituant autant d’opportunités d’optimisation légale. Il rappelle aussi en détail comment est déterminé le plafond personnel anti-abus.

Denière mise à jour de ce dossier : 20/08/2018

 



Sommaire

  • Rappel : en quoi consiste l’année « blanche » 2018 ?
    - Mécanisme de base
    - Ce qui est entièrement neutralisé
    - Ce qui reste imposé
    - Nos deux conseils stratégiques pour l’année blanche
  • Principes d’imposition du BNC 2018 chez le médecin libéral
  • Comprendre comment fonctionne le dispositif anti-abus sur la période 2015/2018
  • Comprendre comment fonctionne le dispositif correctif sur la période 2018/2019
  • Modalités du CIMR (crédit d'impôt de modernisation du recouvrement) et formules de calculs
    - Formule  théorique
    - Notre formule simplifiée
    - Exemple chiffré
  • Les distorsions d’imposition 2018
    1/ Comment rattraper un CIMR probablement raboté par le dispositif anti-abus ?
    2/ Profitez de l’imposition au taux moyen d’imposition de votre foyer fiscal, mais… sans oublier le PFU
    Tableau graphique des différentiels de pression fiscale à exploiter, de 9 000 € à 200 000 € de revenus
    3/ Evitez les travaux fonciers, sauf à une exception remarquable près
  • Nos voies d’optimisation 2018 : nos 10 meilleures pistes de réflexion et donc d'optimisation pour 2018 assorties des explications utiles et sur certaines questions en chiffrant les données précisément :
    1/ Le rattrapage de CIMR
    2/ Le débutant :  "En cas de début d’activité libérale (TNS) en 2018, mon BNC 2018 sera-t-il bien exonéré de tout IRPP ?"
    3/ L’AGA : "Ai-je quand même intérêt à adhérer à une AGA en 2018 ?"
    4/ Le dépassement : "Je viens de m’installer en juin 2017 après 3 années de faible activité de remplacement libéral. J’ai compris que le plafond de mon futur CIMR serait très bas. En cas de confirmation de l’année blanche fiscale, puis-je envisager une parade face à une très nette hausse désirée de mes recettes libérales 2018 car mes charges de famille augmenteront beaucoup en 2018 ?"
    5/ Le rattachement fiscal : "Mon fils de moins de 25 ans, encore à ma charge, terminera ses études fin mars 2018. Sachant qu’il deviendra probablement un salarié bien rémunéré courant 2018, aurai-je intérêt à continuer de le rattacher à mon foyer fiscal le 1/01/2018 ?"
    6/ La retraite : "J’envisageais jusque-là de partir à la retraite en mars 2018. Ai-je intérêt à repousser cette décision à fin 2018 ?"
    7/ Le salariat : "Remplaçant libéral en spécialité depuis 2015, j’anticipe une nette hausse de mes revenus libéraux en 2018. J’ai compris que le plafond de mon futur CIMR serait trop bas, tout en risquant de ne jamais le compléter a posteriori puisque je pense exercer en salariat temps plein au cours de l’année 2019. Ayant la possibilité de remplacer aussi des confrères salariés, ne devrais-je pas plutôt exercer au moins partiellement en salarié en 2018 afin de bénéficier à plein de l’année blanche fiscale ?"
    8/ L’expatriation : "Etant célibataire à gros revenus avec des attaches en Belgique, et matraqué par le fisc français, je me sens mûr pour une expatriation définitive que j’avais plus ou moins programmée pour début 2018. N’ai-je pas intérêt à repousser cette décision à fin 2018 ?"
    9/ L’imposition exceptionnelle de vos revenus… exceptionnels  : "Parallèlement à une activité médicale libérale de soins déclinante en cumul emploi/retraite, et comme vous me l’aviez conseillé en vue de réduire mes cotisations Carmf improductives, j’exerce depuis 2016 en SASU une activité d’expertise médicale croissante soumise à la TVA et rémunérée au minimum. Ayant ainsi mis en réserve l’essentiel des résultats de ma société, mon comptable me propose de me rémunérer davantage en 2018 tout en me distribuant mes premiers dividendes. L’année blanche offre-t-elle une meilleure issue pour les récupérer ?"
    10/ Les revenus fonciers